Catégorie : Investissement

Pourquoi opter pour le rachat de crédit avant la retraite ?

La retraite constitue un vrai virage dans la vie et il est nécessaire de le préparer de manière minutieuse, au niveau financier. Le rachat de crédit est une option qu’il faut étudier. En faisant en sorte d’optimiser votre budget chaque mois, vous pourrez profiter davantage de votre retraite et réaliser des projets plus ambitieux. Explications.

Rachat de crédit : une option judicieuse

Lorsqu’une personne part à la retraite, elle constate la plupart du temps que ses revenus diminuent. D’ailleurs, les statistiques indiquent que les revenus baissent de 30% en moyenne par rapport à la période de la vie active. Une situation délicate à appréhender car de nombreux frais existent quand on est retraité c’est le cas des factures d’électricité, d’eau ou encore le carburant. Il est parfois compliqué de faire face à ces dépenses du quotidien avec un budget limité. La solution du rachat de crédit apparaît comme assez judicieuse.

Mais de quoi s’agit-il exactement lorsque l’on parle de rachat ? Ce dispositif permet de regrouper l’ensemble des emprunts en un seul. Le but de la manœuvre est de faciliter le remboursement par l’intermédiaire d’une prolongation de la durée. Ainsi, plusieurs organismes sont présents sur ce marché qui est très concurrentiel. En faisant appel à cette structure, le client ne possède alors qu’un seul emprunt avec un taux d’intérêt unique et une seule date à laquelle il va être prélevé. Ainsi, les emprunteurs peuvent optimiser leur budget et avoir une meilleure visibilité.

Plusieurs méthodes en matière de rachat de crédit

Il existe plusieurs méthodes concernant les regroupements de crédits. Cela peut concerner les prêts à la consommation ou alors des emprunts immobiliers associés à des crédits à la consommation. Si un appartement ou une maison est détenue par le contractant, le rachat de crédit hypothécaire est possible. Pour une personne qui s’apprête à partir à la retraite, il doit prendre en compte le fait que ses revenus vont vite diminuer. Il peut être judicieux de rembourser un gros montant au moment où les revenus restent importants.

De cette façon, le senior à la retraite aura déjà remboursé une large part de cet emprunt qui aura été regroupé. Ainsi, ses mensualités auront baissé dans les mois qui suivront le début de la retraite. La somme à verser chaque mois sera plus faible qu’auparavant car le crédit aura été étalé dans le temps, ce qui est assez commode. De cette façon, le retraité sera plus en mesure de faire face aux dépenses imprévues qui peuvent se présenter.

Existe-t-il des contraintes concernant l’âge ?

Les établissements bancaires prennent de plus en plus en compte ce profil des retraités ou de ceux qui s’apprêtent à partir en retraite. L’espérance de vie des Français et des Françaises est de plus en plus élevée. Les banques l’ont bien compris et proposent des offres adaptées. Les conditions pour les emprunts ont changé pour les personnes qui s’approchent de la retraite. Ainsi, de nombreux seniors peuvent vivre leur retraite de manière plus sereine.

Certaines banques vont assez loin et innovent. Dans le cadre d’un regroupement de crédits, des établissements bancaires proposent parfois des emprunts à rembourser jusqu’à l’âge de 85 ans. Ainsi, de nombreux cinquantenaires réalisent des démarches pour contracter un crédit qui pourra durer 25 ans. C’est un phénomène que l’on n’aurait certainement pas vu quelques années auparavant. C’est devenu plus simple pour les seniors.

Une nouvelle philosophie pour les retraités

Avec le rachat de crédit, les retraités peuvent dégager de nouveaux revenus pour leur permettre de consommer ou de contracter un nouvel emprunt. Cela peut être le moyen d’acquérir un véhicule ou de réaliser un beau voyage. Ainsi, c’est la qualité de vie des seniors qui peut être améliorée.

Nous ne pouvons que vous recommander d’anticiper ce genre d’action. La période de la pré-retraite est parfaite pour mettre en œuvre ce système de rachat de crédit. En effet, une grande part du crédit a déjà été amorti lorsque les revenus étaient plus importants. Il est ainsi possible de profiter de la vie dans les meilleures conditions. Les mensualités sont adaptées à votre mode de vie.

Quelles sont les conditions pour faire un rachat de crédit ?

Il faut connaître les conditions spécifiques pour un emprunt global. La durée est établie selon la pension de retraite que va toucher le souscripteur. Elle est aussi calculée de façon à ne pas excéder un certain taux d’endettement. Un chiffre qui tourne autour de 35% et qui peut varier selon les banques. Chaque cas est particulier et les agents disposent de logiciel pour calculer les taux avec les assurances. Ces assurances peuvent être plus ou moins chères selon l’état de santé de la personne qui souscrit le crédit. De nombreux documents sont demandés pour effectuer un rachat de crédit.

Est-ce une erreur de ne pas se rendre aux obsèques ?

Il est des cas où se rendre aux obsèques est un acte naturel, irréfléchi car évident. Qu’il s’agisse d’une proximité de sang ou d’affection, il parait invraisemblable de ne pas se rendre à la cérémonie d’un être que l’on a aimé. Et pourtant… les obsèques sont parfois un « piège » à retrouvailles que l’on aurait préféré éviter. Ou alors on ne se sent pas vraiment concerné par ce qui arrive au défunt, ainsi qu’à son entourage. Mais comment faire le bon choix ? Comment serai-je perçu ? Nos réponses.

Lire la suite

Quels sont les placements financiers incontournables en 2017 ?

Bien placer son argent est bien souvent peu évident pour les novices en la matière. Nous allons donc vous présenter les différents placements pour l’année 2017.


Assurance-vie

Le placement d’argent en assurance-vie rapportera moins en 2017 qu’en 2016. En effet, le taux de rendement pour ce type de placement sera d’environ 1.60%. C’est-à-dire que ce taux sera en baisse d’environ 0.40% par rapport à l’année précédente dû à l’inflation. Si l’on tient compte des taux réels, en réalité, le taux de rendement de l’assurance-vie sera très proche de zéro pour cette année.

 

OPCI : Organismes de Placement Collectif Immobilier

En ce qui concerne les placements immobiliers, justement, ils représentent une bonne alternative par rapport aux précédents. En effet, ces organismes visent sur une longue période, des taux d’intérêt de 4% à 5%, ce qui n’est pas négligeable. Par an, cela représenterait un taux d’environ 3%. Ce placement comporte peu de risques en comparaison avec les sommes engagées. Les particuliers peuvent désormais investir grâce à des biens physiques, comparativement aux SCPI. La liquidité du placement est immédiate et gérée par l’organisme, ce qui permet aux particuliers de ne pas avoir à s’occuper de toute la partie administrative.

 

SCPI : Sociétés Collectives de Placement Immobilier

Ce type de placement est à privilégier dans la constitution de son patrimoine et la préparation à la retraite pour les particuliers. Les chiffres de ce placement sont en nette haute puisque de plus en plus de personnes souscrivent des contrats chez les sociétés collectives de placement immobilier. Durant l’année 2015, cette augmentation a été conséquente et devrait persister pour l’année 2017. C’est une excellente solution pour épargner tout en limitant les risques encourus sur ce type de placement. En effet, le nombre d’investisseurs est important donc le risque est minime. Leur rendement approche les 5% puisque ces sociétés investissent auprès de professionnels ce qui permet d’élargir les types d’investissements et de biens pour lesquels les particuliers seuls ne pourraient investir.

 

FCPI : Fonds Communs de Placement dans l’Innovation

Les investissements pour les particuliers sont limités sur la durée. Ce placement, proposé notamment par  représente un avantage indéniable pour eux puisqu’il permet la défiscalisation. En effet, 18% de la somme investie est déductible des impôts. S’il existe des plus-values au moment de la revente, celles-ci sont exonérées d’impôts. C’est un placement très rentable lorsque les particuliers souhaitent défiscaliser leur patrimoine et notamment l’impôt sur la fortune. Pour limiter les risques, le mieux est de diversifier ses fonds. Des conseillers en gestion immobilier savent orienter au mieux les particuliers afin que cela soit le plus rentable possible et le plus avantageux en terme de défiscalisation.

Même si globalement tous les investissements que nous avons décrits sont rentables, certains le sont moins comme les assurances-vie décrites plus haut. Quel que soit l’investissement choisi, il est nécessaire de se renseigner au maximum au préalable avant la souscription afin de connaître au mieux ces différents placements et éviter les mauvaises surprises. De nombreux professionnels, indépendants ou non, sur le marché sont là pour vous conseiller dans votre gestion patrimoniale.

LMNP standard ou réduction Censi-Bouvard ?

Choisir entre la location en meublé standard via le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) ou la réduction Censi-Bouvard ? Chacune possède des atouts. Le LMNP est adapté aux petits budgets, mais il n’existe aucun seuil de loyers pour la réduction Censi-Bouvard. Le LMNP offre une plus grande liberté quant au type de bien immobilier louable. Enfin, la réduction Censi-Bouvard est limitée dans le temps, car elle s’achève le 31 décembre 2016.

Le LMNP adapté aux petits budgets

Le régime du Censi-Bouvard permet une réduction d’impôt égale à 11% du prix de revient par an du bien immobilier pendant 9 ans, dans la limite de

300 000 euros. Concrètement, la réduction d’impôt ne se fera que sur la portion du prix d’achat du bien immobilier supérieure à 300 000 euros. À l’inverse, quel que soit le prix du bien immobilier, le statut de LMNP permet une réduction d’impôt sur les frais d’acquisition, les intérêts d’emprunts, les travaux et réparations et l’amortissement réalisé sur le prix d’achat du bien.

Tout est donc question de budget. Si la capacité financière du potentiel propriétaire est limitée à 300 000 euros, mieux vaut opter pour une acquisition en LMNP.

Pas de seuil de loyers pour la réduction Censi-Bouvard

Les loyers perçus en LMNP ne doivent pas dépasser 23 000 euros de recettes par an ni constituer la principale source de revenus du foyer fiscal. Or le Censi-Bouvard n’est pas limité en termes de recettes locatives, il offre une marge de manœuvre plus souple que le LMNP et favorise les multipropriétaires percevant des recettes locatives élevées. Toutefois, si les recettes locatives sont supérieures à 23 000 euros, le LMNP peut toujours opter pour le statut de loueur en meublé professionnel (LMP).

Si un potentiel acquéreur hésite entre l’un ou l’autre des deux régimes, il faut calculer au cas par cas ce qui constitue la meilleure opportunité, en fonction de son budget, de ses objectifs et de son parc immobilier locatif existant : se constituer un patrimoine, réduire des impôts, disposer de revenus complémentaires ou au contraire constituant sa source principale de revenus.

Une plus grande liberté en LMNP quant au type de bien immobilier louable

Le LMNP permet de louer tout type de bien meublé à usage d’habitation. À l’inverse la réduction Censi-Bouvard permet uniquement l’acquisition de biens neufs, en l’état futur d’achèvement ou de plus de 15 ans réhabilités ou rénovés. Par ailleurs, la réduction Censi-Bouvard ne permet que l’acquisition de logements dans des résidences de tourisme classées, d’établissements proposant des soins médicaux, des résidence avec services pour personnes âgées ou handicapées, des résidences avec services pour étudiants ou des structures destinées à l’accueil familial salarié.

Le LMNP offre donc plus de libertés quant au choix du bien loué.

Néanmoins, la réduction Censi-Bouvard peut constituer un bon investissement, à condition d’investir dans une ville où la demande pour ce type de logements est élevée, par exemple les villes étudiantes ou avec une forte population de seniors. Il faut de surcroît choisir un professionnel ou un promoteur reconnu pour la qualité de ses programmes immobiliers. Enfin, avant d’acheter via la réduction Censi-Bouvard, une attention particulière est recommandée quant aux impôts et aux charges de copropriété de tels programmes immobiliers (parfois élevés ou peu limpides de prime abord).

Des opportunités limitées dans le temps pour la réduction Censi-Bouvard

Si des opportunités existent pour la réduction Censi-Bouvard, mieux vaut les saisir rapidement : cette possibilité de réduction d’impôt ne dure que jusqu’au 31 décembre 2016.

La revente LMNP

Le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) génère des revenus fiscalisés sous le régime des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux). L’intérêt du LMNP, c’est un régime fiscalement avantageux pour bénéficier de crédits d’impôt à long terme. Dans ces conditions, quels facteurs l’investisseur doit-il prendre en compte pour décider de l’opportunité de revendre un bien LMNP ?

Modalités du calcul de la valeur d’un bien en LMNP

La valeur d’un bien LMNP détermine naturellement son prix de revente. Cette valeur dépend du taux de rendement, lui même indexé sur le taux obligataire à 10 ans (taux d’intérêt des emprunts de l’État français sur 10 ans). La deuxième variable est la prime de risque qui est fonction de la solidité de l’exploitant (avec qui l’investisseur a passé un contrat pour la gestion du bien). On obtient le taux de rendement du bien en faisant la somme de l’OAT à 10 ans et de la prime de risque. Par exemple un bien acheté 200 000 € par l’investisseur et disposant d’un taux de rendement de 4% va permettre de dégager 8 000 € de revenus initialement. C’est l’évolution du taux de rendement entre la date d’achat du bien et la date de revente LMNP qui va déterminer la plus-value ou la moins-value de l’immeuble.

La revente d’un bien LMNP: attention aux moins-values

Si les revenus de l’investisseur sont indexés sur les loyers perçus par le gestionnaire, le taux de rendement, lui, évolue séparément, en fonction de la conjoncture économique. En outre, le bail commercial rédigé par l’exploitant favorise naturellement ce dernier. Un plafonnement de l’augmentation des recettes revenant à l’investisseur y est souvent stipulé: une grosse inflation des loyers ne correspond pas forcément à des revenus en nette hausse pour l’investisseur. Il résulte de tout ceci qu’en période d’inflation, avec un intérêt élevé sur la dette nationale, il est déconseillé de vendre son bien LMNP. Le taux historiquement bas de l’OAT en 2015, combiné à une très faible inflation, rend cependant les conditions de revente des biens LMNP un peu plus propices. Quoi qu’il en soit un bien LMNP gagnerait à être gardé à long terme plutôt que vendu, sauf en cas de force majeure.

Le marché des résidences seniors

Les projections de l’INSEE sont claires : la population française vieillit, et c’est inéluctable. La part de personnes âgées aura doublé d’ici à 2050, or déjà aujourd’hui il n’y a pas suffisamment de places en maison de retraite. Le marché des résidences seniors amène donc l’avantage d’une clientèle trop nombreuse pour l’offre disponible.

Projection de l’INSEE sur le vieillissement de la population française

Au 1er janvier 2013, la France comptait 65,8 millions d’habitants. L’espérance de vie s’allonge, et les baby-boomers arrivent progressivement vers l’âge de la retraite. Si aujourd’hui les personnes âgées de plus de 65 % représentent 17,5 % de la population, ce phénomène est appelé inéluctablement à s’amplifier.
1 habitant sur 3 sera âgé de 60 ans et plus en janvier 2050. Si le rythme de l’évolution de la population actuelle se poursuit, à cette date pour 100 habitants de 20 à 59 ans, 69 autres auront 60 ans. Les projections de l’INSEE se concluent par la phrase suivante : « aucun scénario ne remet en cause le vieillissement, qui est inéluctable ».
Toujours selon l’institut, en 2013 la France métropolitaine comptait 561 417 lits en maison de retraite, or en 2015 la population des 65 ans ou plus devrait atteindre près de 11 500 000 d’individus. Les chiffres sont là, aujourd’hui la clientèle potentiellement intéressée par une résidence senior est bien plus nombreuse que le nombre de places actuellement disponibles.

Les résidences seniors : la retraite idéale

Les personnes âgées d’aujourd’hui veulent avoir une vie sociale, dans un environnement où elles n’ont pas besoin de faire de longues distances pour pratiquer des activités et rencontrer des amis. La résidence senior correspond à ce besoin.
Loin des maisons de retraite d’antan, il s’agit de lotissement ou d’appartements meublés, offrant un cadre de vie proche des résidences de tourisme. Ils sont situés près de grands axes routiers, car les résidents ont besoin d’accueillir leurs familles en visite.

Un marché pour un loyer raisonnable

Les résidences de seniors ne doivent pas être confondues avec des établissements de luxe. Si les occupants comprennent que le service se paye, ils ne peuvent toutefois par aller au-delà de leur pension de retraite. L’investisseur doit donc choisir les programmes dont le loyer est représentatif de la moyenne des ressources des retraités.

Résidence senior : Adapter ses services à des seniors

Les résidences pour seniors se multiplient partout en France et il est alors intéressant de se demander quels services peuvent être mis en place pour offrir une qualité de vie meilleure aux résidents. Les services à proposer se situent à différents niveaux et se complètent pour apporter un confort optimal.
Bien-être et sécurité comme priorités

Un personnel soignant en nombre suffisant est indispensable dans ce type de résidences mais la présence de femmes de ménages pour veiller à l’entretien des chambres est indispensable. Un veilleur de nuit peut paraître rassurant pour des personnes âgées lorsque les hôtesses prévues tous les jours à l’accueil ont fini leur journée. Un contrôle des visites peut également être mis en place pour sécuriser la chambre.

Un interphone peut être directement installé dans la chambre afin que le résident puisse appeler un membre du personnel en cas de besoin. Un cordonnet d’appel d’urgence est désormais pratiquement systématique dans chaque chambre car il permet au personnel soignant de pouvoir intervenir immédiatement en cas de malaise. Relié directement à la main du patient il peut l’actionner dès qu’il se sent mal.

Des loisirs indispensables

Une résidence pour seniors est un lieu de vie où chaque personne âgée doit pouvoir réaliser un certain nombre d’activités qui seront proposées de façon quotidienne. La présence d’un animateur qui se déplace de façon hebdomadaire permet de varier les activités avec de nouvelles idées. Ce type de service est particulièrement apprécié par les résidents de même que la possibilité de faire des promenades accompagnées s’ils ne sont plus en mesure de se déplacer seuls.

Les résidences modernes vont encore plus loin en mettant en place un salon pour se rencontrer et échanger, une salle de jeux pour disputer des parties entre amis mais aussi une salle de gymnastique. Il est important que les personnes âgées continuent à avoir une activité sportive pour préserver leur santé donc ils seront accompagnés dans cette démarche par des professionnels qui leur feront réaliser des exercices en fonction de leurs capacités. Des sorties culturelles et des excursions peuvent également être au programme pour une satisfaction totale.

Témoignage « J’ai réduis mon impôts grâce à l’immobilier »

Avec mes revenus, je ne pouvais malheureusement pas satisfaire pleinement aux besoins et aux envies de ma famille. Quelle grande frustration cela peut faire pour un bon père de famille de se dire qu’il ne peut pas assouvir les désirs de ses proches. J’ai donc cherché une solution pour gagner plus d’argent ou réduire de manière considérable mes impôts mais je ne savais pas comment m’y prendre. On m’a conseillé d’investir dans l’immobilier. J’étais quelque peu sceptique au départ car il s’agissait d’un domaine méconnu, mais aujourd’hui, je ne regrette absolument pas mon choix.
J’ai réalisé des recherches sur Internet, je me suis documenté sur le sujet de l’immobilier et j’ai échangé sur des forums de discussion avec des personnes qui ont investi dans la pierre. J’ai constaté avec soulagement qu’il était facile de lancer cette affaire et que les démarches n’étaient pas si difficile à engager. J’ai donc osé franchir le pas malgré toutes mes réticences. J’ai acheté un appartement par l’intermédiaire de la loi Scellier, dispositif destiné à aider les particuliers qui souhaitent investir dans l’immobilier tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt sur le revenu. Je perçois des loyers mensuels de la location de mon appartement tout en bénéficiant d’un allégement de mes impôts. Et ces réductions d’impôt peuvent s’étaler sur plusieurs années, 12 ans en ce qui me concerne. Les loyers sont des revenus supplémentaires qui s’ajoutent à mes revenus existants. Mon pouvoir d’achat n’en est que plus fort ! Aujourd’hui, je possède trois appartements en location.
Investir dans l’immobilier m’a permis de bénéficier de réduction d’impôts sur plusieurs années. Ces économies d’argent ont eu l’avantage important d’augmenter mon pouvoir d’achat du quotidien. Avec ma femme et nos deux enfants, nous sommes partis en voyage à New-York pendant 15 jours l’été dernier, nous faisons davantage de sorties et de loisirs en famille (restaurant, cinéma, musée, petits weekends en famille) et nous avons pu financer l’école de commerce de notre petite Jeanne sur Dijon. Ces placements financiers m’ont permis d’en économiser, d’en gagner même aujourd’hui. J’assure ainsi à mes enfants un avenir plus confortable et plus serein.
Le jeu en vaut vraiment la chandelle. Alors lancez-vous dans l’aventure et réalisez à votre tour des économies d’impôt grâce à l’investissement dans l’immobilier ! Maintenant que la loi Pinel va bientôt être validée, je pense investir en loi Pinel !

Résidence senior et Ehpad : Quelles différences?

Investir dans les maisons de retraire n’est pas une lourde charge comme certains le pensent, mais un véritable placement qui peut générer des rendements attrayants, avec des taux allant généralement de 4% à 5%, que ce soit dans des résidences seniors ou dans des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Destinées toutes les deux aux personnes âgées de plus de 60 ans, ces entités d’accueil connaissent un réel essor, du fait du nombre important de seniors qui ne cesse d’augmenter, suite au prolongement de l’espérance de vie de la population.

La fiscalité avantageuse dont bénéficient les investissements en maison de retraite, fait de ces derniers des placements rentables, ayant de quoi séduire. En effet, selon les recettes tirées, l’investisseur obtient fiscalement un statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) ou professionnel (LMP), qui lui permettra de jouir d’une réduction d’impôt de 11%, étalée sur 9 ans et d’une déduction intégrale des intérêts d’emprunt. Il aura également la possibilité d’amortir, sur 20 ans, une valeur de 80% de son investissement. Quel que soit le régime appliqué, il récupérera la TVA (Taxe sur valeur ajoutée) à hauteur de 19,6%.

Cependant, bien que ces maisons de retraite paraissent similaires, elles répondent à des besoins différents, et visent chacune une cible bien spécifique. Dans ce sens, et en plus du budget d’investissement et de la rentabilité qui varient d’un type à un autre, les résidences seniors abritent des personnes faisant preuve d’autonomie totale. Les EHPAD, comme leur nom l’indique, hébergent plutôt des personnes dépendantes (sur le plan physique ou mental), nécessitant un accompagnement au niveau des tâches quotidiennes et une assistance médicale, d’où l’intervention d’équipes spécialisées.
Autrement dit, alors que qu’un achat dans une résidence senior offre une vie en communauté garantissant un environnement sociable par excellence, un investissement dans un EHPAD, quant à lui, permet à ses résidents de bénéficier, en plus de l’hébergement et d’une aide quotidienne, d’une fonctionnalité additionnelle qu’on ne retrouve pas dans le cas des résidences senior : il s’agit des soins médicaux.

Le statut de Loueur Meublé Non Professionnel

Le statut LMNP peut être intéressant pour tout particulier qui souhaite tirer le meilleur parti de sa capacité d’épargne notamment en vue d’améliorer sa future retraite. Il est accessible à toute personne possédant un patrimoine immobilier procurant des loyers ne dépassant pas 23 000 € ou la moitié des revenus de son foyer fiscal.

Celui qui prévoit d’investir LMNP a intérêt à bien évaluer l’adéquation de ce régime et de la fiscalité lmnp à sa situation personnelle. Les principaux avantages d’un investissement lmnp sont les suivants :

possibilité de déduire l’amortissement annuel de chaque bien acheté ainsi que les autres dépenses engagées pour votre investissement des loyers imposables (sauf si vous ayez choisi le régime de la micro-entreprise)
possibilité de choisir entre le régime fiscal de la micro-entreprise (si les loyers annuels ne dépassent pas 32 600 €), le régime des bénéfices industriels et commerciaux ou une option pour l’impôt sur les sociétés (dans ce cas, il faut choisir la forme juridique d’une EURL)
possibilité d’imputer un éventuel déficit sur votre revenu global
En revanche, si vous êtes assujetti à l’impôt sur la fortune, votre bien sera inclus dans l’assiette de cet impôt. De plus, si vous choisissez le régime fiscal des bénéfices industriels et commerciaux, vous devrez payer de lourdes charges sociales. Il conviendra donc de vérifier si cet inconvénient peut être compensé par l’amortissement fiscal du bien acheté.

Par ailleurs, pour bénéficier de ce régime, vous devrez offrir à votre locataire un logement équipé de l’ensemble des meubles nécessaires pour la vie courante. Il faudra par conséquent installer dans le logement un frigidaire, un lave-linge, un appareil de cuisson si le logement n’en possède pas encore, un lit, des sièges et au moins une table ainsi que des meubles de rangement d’une capacité suffisante.
En conséquence, pour optimiser votre choix il est indispensable de faire faire une simulation LMNP par une personne qualifiée.

Enfin, n’oubliez pas que la réussite de votre investissement sur le statut de loueur en meublé non professionnel exige aussi que vous achetiez un bien situé dans un secteur qui sera valorisé par des travaux décidés par la municipalité ou par le département et que vous n’acceptiez un locataire que si ses revenus atteignent au moins 300 % du futur loyer mensuel. Vous devez par conséquent exiger de tout candidat locataire qu’il vous présente ses trois derniers bulletins de salaire ainsi que ses trois dernières quittances de loyer.