Les projections de l’INSEE sont claires : la population française vieillit, et c’est inéluctable. La part de personnes âgées aura doublé d’ici à 2050, or déjà aujourd’hui il n’y a pas suffisamment de places en maison de retraite. Le marché des résidences seniors amène donc l’avantage d’une clientèle trop nombreuse pour l’offre disponible.

Projection de l’INSEE sur le vieillissement de la population française

Au 1er janvier 2013, la France comptait 65,8 millions d’habitants. L’espérance de vie s’allonge, et les baby-boomers arrivent progressivement vers l’âge de la retraite. Si aujourd’hui les personnes âgées de plus de 65 % représentent 17,5 % de la population, ce phénomène est appelé inéluctablement à s’amplifier.
1 habitant sur 3 sera âgé de 60 ans et plus en janvier 2050. Si le rythme de l’évolution de la population actuelle se poursuit, à cette date pour 100 habitants de 20 à 59 ans, 69 autres auront 60 ans. Les projections de l’INSEE se concluent par la phrase suivante : « aucun scénario ne remet en cause le vieillissement, qui est inéluctable ».
Toujours selon l’institut, en 2013 la France métropolitaine comptait 561 417 lits en maison de retraite, or en 2015 la population des 65 ans ou plus devrait atteindre près de 11 500 000 d’individus. Les chiffres sont là, aujourd’hui la clientèle potentiellement intéressée par une résidence senior est bien plus nombreuse que le nombre de places actuellement disponibles.

Les résidences seniors : la retraite idéale

Les personnes âgées d’aujourd’hui veulent avoir une vie sociale, dans un environnement où elles n’ont pas besoin de faire de longues distances pour pratiquer des activités et rencontrer des amis. La résidence senior correspond à ce besoin.
Loin des maisons de retraite d’antan, il s’agit de lotissement ou d’appartements meublés, offrant un cadre de vie proche des résidences de tourisme. Ils sont situés près de grands axes routiers, car les résidents ont besoin d’accueillir leurs familles en visite.

Un marché pour un loyer raisonnable

Les résidences de seniors ne doivent pas être confondues avec des établissements de luxe. Si les occupants comprennent que le service se paye, ils ne peuvent toutefois par aller au-delà de leur pension de retraite. L’investisseur doit donc choisir les programmes dont le loyer est représentatif de la moyenne des ressources des retraités.